Jean-François LESTRADE

Directeur de recherche du CNRS
Observatoire de Paris / LERMA

Debris disks
Galaxies SMG
Pulsars
Hipparcos/VLBI
Seminaires LERMA
Environnement
Observatoire de Paris
CNRS-UMR 8112

60 rue de l'Observatoire
Paris, 75014, France
Tel.:
+33 (0)1 40 51 21 37
Fax:
+33 (0)1 40 51 20 02
Email:

Jean-François Lestrade étudie actuellement les disques de débris. Un "disque de débris" entourant une étoile est en fait la ceinture formée par les comètes qui n'ont pu s'agglomérer en planètes pendant les 10 premiers millions d'années de la vie de l'étoile. Autour du Soleil, la ceinture de Kuiper et la ceinture d'astéroides rassemblent ces restes de la formation de notre système planétaire. Il arrive qu'une comète de la ceinture de Kuiper soit déstabilisée de son orbite originale et pénètre à l'intérieur du système solaire pour devenir visible à l'oeil nu. On ne peut voir individuellement les comètes autour d'une étoile autre que le soleil, même à l'aide des plus gros télescope, mais il est possible de détecter la lumière de l'étoile centrale diffusée par la poussière contenue dans ces ceintures de débris ou détecter son émission dans l'infra rouge lointain car elle est très froide (quelques dizaines de degré Kelvin).

Jean-François Lestrade avec ses collaborateurs conduit des observations avec le satellite HERSCHEL (ESA/NASA) et avec les instruments de l'IRAM (Institut de RadioAstronomie Millimétrique). A l'aide du radiotélescope de 30 mètres de l'IRAM à Pico Veleta (Espagne) équipé de la matrice de bolomètres MAMBO, et maintenant NIKA, il a conduit le premier survey à la recherche des disques de débris autour des étoiles de faibles masses (c'est à dire de type spectral M) qui forment la grande majorité des étoiles dans la Galaxie. Il a ainsi montré que les disques autour de ces étoiles sont nettement moins nombreux.

Il a exploité aussi ce survey qui couvre 0.5 degré carré du ciel pour étudier les "galaxies SMG" d'arrière-plan. Ces "SubMillimeter Galaxies (SMG)" de l'Univers jeune sont encore enfouies dans leurs poussières froides et donc visibles uniquement aux longueurs d'ondes submillimétriques. Il a découvert une galaxie SMG rare, très lointaine, et très brillante, et mesuré l'énorme quantité de gas moléculaire (CO) et de poussière dont elle est pourvue, suggérant une intense formation d'étoiles seulement 1.6 milliards d'années après le Big Bang (redshift z= 3.93 équivalent à un 1/10 de l'âge de l'Univers). Il a ensuite montré avec ses collaborateurs au moyen d'observations du Very Large Array (EVLA) que cette galaxie est gravitationnellement amplifiée.

Au sein d'une collaboration internationale, Jean-François Lestrade développe un programme d'observations des disques de débris pour le réseau interférométrique ALMA construit dans le désert d'Atacama au Chili par un consortium international.

De 1981 à 1996, Jean-François Lestrade a participé au projet HIPPARCOS comme responsable au Jet Propulsion Laboratory du raccordement du système de coordonnées d'Hipparcos au repère fondamental extragalactique au moyen d'observations VLBI (Very Long Baseline Interferometry) d'étoiles émettant aux longueurs d'ondes radio. En 1985, il a été le promoteur du programme de chronométrage des pulsars millisecondes au radiotélescope de l'Observatoire de Paris à Nancay et l'a dirigé jusqu'en 1999.